Arc-en-Terre, 1991

Arc-en-Terre

Arc en Terre se compose d'une suite poétique en cinq mouvements où l'on suit les modulations d'une sensibilité qui aspire et respire l'amour pour une terre femme faite de beauté, de tendresse et d'espoir, ... une consolatrice fidèle dans l'errance, dans la solitude et dans les déviances et les douleurs. Lyrisme, esprit d'ironie et de compassion, magie du verbe, vision actuelle et globale envoûtent le lecteur de ce recueil, résumé d'une vie et d'une oeuvre, chant qui résonne entre les antipodes, alpha et oméga, de ce voyage existentiel et artistique... cet arc-en-terre.

Éditeur: Albion Press, Toronto

ISBN: 1-895667-00-3

Illustrateur: Micheline Montgomery

Critique

« Les cinq mouvements de la suite poétique Arc-en-Terre suivent un parcours qui part de l’amour-sexe pour aboutir à une sensation d’inutilité de toutes choses (sauf peut-être la poésie). Le vocabulaire est riche, les mots sont colorés, bigarrés, « méditerranéens » ; on sent que l’auteur aime les cadences, les assonances. » Elettra Bedon, Vice Versa, Montréal, n° 38, 1992, p.46.

« Il arrive sans doute que l’effort de survivre paraisse « dérisoire », que la parole elle-même semble « ébréchée ». On a beau tenter de descendre au plus profond de soi, par toutes les ressources de la création poétique, pour écrire son propre corps et se parler ainsi à la rencontre d’autrui, la question reste posée de savoir si l’on peut cicatriser la blessure ontologique.» Serge Brindeau, Les Saisons du Poème, n° 6, 1992, p. 53-54.

« Arc-en-Terre, ce titre que Jean Ricardou qualifierait de programmatique, connote entre autres l’enracinement dans le monde sensible, l’éclat durable, la diversité des sources de l’imaginaire, la transitivité, l’invention verbale… L’accouplement de mots donne lieu parfois à la création audacieuse de mots-valises… Malgré l’ironie qui pourrait en atténuer l’effet, de tels jeux sur la langue témoignent chez le poète d’une volonté délibérée de subvertir le vocabulaire français. Pour s’en convaincre, il n’est que de voir le nombre important de mots nouveaux qui émaillent presque chaque poème. On pourrait sans hésitation appliquer à ce recueil ce que Bouraoui lui-même (en collaboration avec D. Brahim) écrit au sujet de la poésie maghrébine en  général : ‘La poésie maghrébine d’expression française entretient sans doute des rapports de violence par rapport à la langue française… Une liberté farouchement revendiquée fait littéralement exploser le texte en tous sens »… C’est cette violence, parfois déconcertante, que la lecture retient, et que le titre Arc-en-Terre inscrit comme emblème du recueil. » Abbes Maazaoui, Revue francophone , Lafayette, VI, n° 2, 1991, pp. 103-105.

« [Ce recueil] marquant par sa clarté qui nous forcera à relire ce qui a précédé est, selon ce critique infiniment plus accessible  que les recueils précédents du même auteur à la fois par sa langue, plus près de la phrase et par sa thématique orientée sur l’amour ». François Paré, Liaison , Ottawa, mai 1992, p. 40.

« Arc-en-Terre demeure la pierre angulaire de l’œuvre poétique d’Hédi Bouraoui… Il s’agit là d’un texte viscéral, à la fois testament d’une identité humaine et d’un art poétique… un goût pour l’ornement riche et sensuel, un goût baroque pour l’image raffinée, farfelue, et pour un foisonnement imagé ». Sergio Villani, La Toison d’Or, Bergerac, n° 35, hiver 1994, pp. 35-36.

Contact

Éditions Albion Press, 112 Cairnburg Place, Woodbridge, Ontario, Canada, L4L 3L5

ou

Sergio Villani, Département de français, Université York; 4700 Keele St. Toronto, Canada, M3J 1P3.